Accéder au contenu principal

Selon Ernestine Ronai du Haut Conseil à l'égalité femmes-hommes, le "Grenelle' est une conséquence de la prise de conscience de la société sur les féminicides

Le gouvernement va mobiliser cinq millions d'euros pour créer, à partir du 1er janvier 2020, mille nouvelles places d'hébergement et de logement d'urgence destinées aux femmes victimes de violences conjugales, a annoncé le Premier ministre Edouard Philippe, mardi 3 septembre, dans le cadre de l'ouverture du "Grenelle" consacré à la lutte contre ces violences. Pour tenter d'enrayer un fléau qui a déjà fait plus de 100 morts depuis le début de l'année selon un collectif militant - contre 121 sur l'ensemble de 2018 d'après un décompte officiel -, ces places s'ajouteront aux quelque 5 000 existantes. Elles se déclineront en 250 places "dans les centres d'hébergement d'urgence, pour assurer des mises en sécurité immédiates", et 750 places de "logement temporaire", pour des périodes comprises entre six mois et un an, a précisé le Premier ministre.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.