Accéder au contenu principal

Les Libanais excédés par la corruption

Depuis jeudi 17 octobre, les Libanais manifestent dans plusieurs villes du pays. Malgré l'annulation rapide d'une nouvelle "taxe WhatsApp" qui les avait fait descendre dans la rue, les protestataires réclament désormais le départ du gouvernement. Ils accusent la classe politique de corruption.

Malgré l'annulation d'une nouvelle "taxe WhatsApp" et la série de réformes annoncées par le Premier ministre libanais Saad Hariri lundi 21 octobre, la contestation se poursuit au Liban. Les Libanais dénoncent la situation économique du pays, les emplois verrouillés par le clientélisme ou encore la défaillance de certains services, comme la distribution de l'électricité.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.