Accéder au contenu principal

Mesures du gouvernement sur les violences conjugales : "Il n'y a pas d'annonces électrochoc"

"Étant donné qu'il n'y a aucune annonce sur les moyens que demain, je ne suis pas sûr qu'on aura des hébergements, des services de mise en sécurités, estime Gilles Lazimi, médecin généraliste, membre de "SOS Femmes 93". Quand ces femmes sont protégées, on les sauve. Elles et leurs enfant". Il reconnaît de "bonnes mesures", comme les 1200 places d'hébergement, "mais beaucoup d'entre elles existaient déjà", assure-t-il. "Aujourd'hui, quand une femme est menacée, elle est aujourd'hui obligée d'appeler le 115, ce n'est pas possible !", déplore le médecin généraliste qui regrette que les moyens investis ne soient pas à la hauteur des enjeux. "Il y a des lois, il y a des dispositions mais elles ne sont pas appliquées", regrette Gilles Lazimi, qui cite en exemple les ordonnances de protections mises en place en 2010.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.