Accéder au contenu principal

Coronavirus : "Le gouvernement central a repris la main sur la communication"

Alors que le bilan s'élève désormais à 170 morts, le pic de l'épidémie n'est attendu "que dans une semaine ou dix jours", selon Zhong Nanshan, un des meilleurs spécialistes chinois des maladies respiratoires. "D'autres chercheurs à l'étranger parlent d'un mois", précise Stéphane Lagarde, correspondant de RFI en Chine. Pourquoi ? "Parce qu'il a fallu beaucoup de temps aux autorités locales pour reconnaître le problème. Cela a entraîné une colère sur les réseaux sociaux qui ont dénoncé le manque de prise en charge de certains patients. Ce matin, les huit médecins chinois arrêtés à Wuhan au début de l'épidémie accusés de divulguer de fausses informations sont reconnus par les médias d'état comme des lanceurs d'alerte pour avoir révélé la gravité de la crise. La communication a totalement changé depuis une semaine. Le gouvernement central a repris la main. Le président chinois a demandé, lui-même, à ce qu'on ne cache rien. Le Premier ministre en charge de la crise, Li Keqiang a reconnu hier que la situation était "grave et compliquée". Même le gouverneur de Wuhan, accusé sur les réseaux sociaux d'avoir tardé à communiquer, a affirmé aujourd'hui qu'il y a une grave pénurie de matériaux dans les hôpitaux de Hubei, région épicentre de l'épidémie. de son côté, le ministre de la Santé diffuse depuis aujourd'hui deux fois par jour les bilans. C'est à nouveau un effort de transparence. Il y a aussi cette mobilisation nationale : on voit partout ces médecins qui viennent de toutes les régions renforcer les équipes dans les hôpitaux de la région. Mais les doutes persistent : ce matin encore, une mère de famille contactée par Stéphane Lagarde disait craindre qu'on ne lui dise pas toute la vérité sur le coronavirus.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.