Accéder au contenu principal

En Italie, braver sa peur pour continuer à nourrir la population

Malgré la crise du coronavirus, l'activité continue chez Ce Di. Gros., une des plus grandes centrales de distribution agroalimentaire de Rome. Quelque 600 logisticiens préparent et réceptionnent les livraisons. Lait, huile, conserves, mais aussi produits surgelés... Au total, 4 000 tonnes de denrées alimentaires y transitent chaque jour. La présence des salariés est indispensable pour permettre aux Italiens de se ravitailler. "Nous savons que ce que notre travail ne peut être interrompu, sinon, nous brisons la chaîne, explique Gianluca Mirra, employé de Ce Di. Gros. Cela entraînerait des problèmes pour la communauté". Chaque matin, Gregorio Mercurri brave sa peur de la contamination pour venir travailler. Il le sait : chaque camion qui sort du centre aide les Italiens à tenir bon. "On a peur car on est en contact avec beaucoup de personnes, comme les magasiniers et les gars à l'extérieur, reconnaît l'employé de la Ce Di Gros. Mais on ne peut pas s'arrêter sinon, qu'est-ce qu'on mange ? Vous avez vu les files d'attente au supermarché ?" Après avoir réceptionné les marchandises des fournisseurs, les logisticiens doivent ensuite les répartir dans les semi-remorques. Direction les supermarchés. Une centaine de camions font deux à trois aller-retours par jour pour permettre aux Italiens de continuer à se ravitailler dans les rayons des supermarchés, en attendant de vaincre la guerre contre le coronavirus.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.