Accéder au contenu principal

Mort de Manu Dibango : A Yaoundé, émotion en musique à l'enfant du pays

A l'annonce de la mort de Manu Dibango mardi 24 mars, Serge Maboma, le leader de Macase, a réuni quelques membres de son groupe pour lui rendre un dernier hommage en musique. Des retrouvailles empruntes de tristesse dans cette salle de répétition de Yaoundé devenue un sanctuaire pour ces musiciens et où le saxophoniste avait ses habitudes. "Le Covid-19 ne reconnaît pas les icônes" "Quand Manu arrivait jusqu'ici, il avait besoin d'avoir un regard panoramique sur ce qui se passait, commente le bassiste Serge Maboma. Il s'asseyait sur cette chaise et d'ici, il observait tout le groupe et dirigeait tout le monde. Aujourd'hui, on se rend compte que le Covid-19 ne reconnaît pas les icônes". Dans les rues de Yaoundé, l'onde de choc de la disparition de l'enfant du pays s'est répandue rapidement mardi, à l'annonce de son décès. "J'étais vraiment touchée par cette nouvelle parce qu'il a bercé ma jeunesse", témoigne une fan du musicien Pauline Bekono. J'aimais beaucoup Soma Loba, cette chanson qui voulait dire que tout va bien si tu as ton pain quotidien". Explosion des ventes de CD Une mémoire et une carrière riche que l'on s'arrache déjà. En quelques heures, un vendeur de CD de la capitale camerounaise a vu exploser les ventes d'album du précurseur de l'afro-jazz. Un décès lié au Covid-19 qui rappelle les ravages d'un virus qui vient d'enregistrer officiellement son premier décès lié à la pandémie.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.